Présentation de Luna la pacifiste ♥ :3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation de Luna la pacifiste ♥ :3

Message par Luna A. Sutherland le Mer 5 Mar - 22:07


   
✵ Luna A. Sutherland ✵



   
✵ ID-Card ✵

   Nom: Sutherland
   Prénom: Luna Abiguaelle    Âge: 17 ans depuis une centaines d'années
Localisation: A Redwood  

   Lieu & date de Naissance: Née en France le 20 septembre 1896
   Origines (facultatif) : Elle est une vampire pacifiste française

   Et de façon générale:
   Race (humain, incube, pacifiste...): Vampire Pacifistes
don't write


   
don't write
✵ C'est tout moi, ça! ✵
   Parlez-nous ici de l'apparence & du caractère de votre personnage en X lignes
Droite, une poupée de cire. Peau blanche comme la neige, pommette haute, front lisse, joue un petit peu rose, nez aquilin et ses deux perles. Deux magnifiques saphirs qui te servent d'yeux. D'un bleu si clair, si profond qu'on s'y perd. Tu lèves le regard vers les cieux, que faire tu portes cette profonde tristesse au fond de ton regard, ne veux-tu pas en parler? Pourquoi te cacher derrière ce masque impénétrable. En 117 ans a tu été heureuse. Car l'océan de saphir nous démontre une profonde tristesse, un désespoir sans borne. Trouvera tu une personne qui pensera ta blessure?    
 
Tu fermes les yeux laissant la bise de l'été souffler sur tes cheveux aux fils vermeils. Cheveux d'or, si fin, si doux, si soyeux à en faire pâlir et rendre jalouse plus d'une. Cheveux de blé encadrant ton visage si parfait, si fin. Ton cou si mince et pâle. Tes épaules petites et pas très musclés. Ton corps gracile, aussi fin et si superbe que celui des mannequins. Des jambes longues et fine. Tu portes aujourd'hui une robe en mousseline blanche, comme la neige en hiver, elle flotte au grès de la brise d'été. Le souffle chaud t'empêche de mettre un jean. De toute manière tu déteste les jeans, les pantalons en générale en fait. Elle est ceinturée d'une corde finement travaillé à ta taille. Tes pieds portes des petites sandales dorées-t-elles aussi. Elle ressemble aux caligulas romaines. Les petites sandales enserrent tes chevilles avec des fils d'or. Tu portes à ton poignet un petit bracelet lui aussi d'or. Que dire de plus sur toi. Tu es un vampire, ton charme est indéniable, tu seras à jamais une protectrice des humains. Mais pour quels raisons?        

Ton caractère, que dire, que dire, que dire! Tu es indéniablement douce, généreuse. L'écoute est une de tes qualités. Cependant, tu caches un terrible secret, une peur immense, un lourd fardeau. Qui te pourri la vie jusqu'à la moelle. Tu es une fille calme et réfléchie, une protectrice de la justice. Ton rang de chef des vampires pacifistes te va comme un gant. Tu es organisé, tu ouvres le possible aux humains, pourtant tu es effrayé par les sorciers. Il te terrorise à un point inimaginable, mais tu caches tous cela sous ce masque impénétrable. Ta peur se lit pourtant dans tes magnifiques yeux azur. Tu es pleine de bon sens et raisonne avec brillo, tu restes disponible, tu créer ce qu'il faut pour tes subalternes, tu ne failli jamais à ton devoir de chef de groupe. Bien entendus tu as d'autre défauts, le fait de ne se confier à personne et dur, tu ne veux pas faire confiance aux autres, tu es sociable, mais tu restes seule à broyer du noir sur ton passé. Tu ne veux dépendre de personne, tu ne ris pas ou très peu devant des gens. Tu ne souhaites pas changer les choses en regardant devant toi. De ce fait tu ne le vois pas lui. Cet homme qui te dévore des yeux, qui t'aime et veux te rendre heureuse, qui ne souhaite qu'une chose partager ta vie et ne jamais faillir pour ton amour. Mais tu ne le constate pas, trop plongeait dans tes souvenirs dans ta mémoire, dans ce passé lugubre.        
.


   
✵ Ah, j'ai bien bourlingué✵
   Il est l'heure à présent de nous faire état de ce qu'à vécu votre personnage jusqu'à aujourd'hui, en X lignes
Silence vous faites trop de bruit!
Mais chut je vous dis, on entend pas son histoire! Regardez elle s'assoit, elle vas enfin nous dire ses aventures!

"C'est par une magnifique nuit chaude d'été que mon premier crie sortie de ma minuscule silhouette. Une femme nous porta jusqu'au bras de notre mère. Celle dernière ne réagi pas comme toutes les mères le faisaient avec leur enfants. Elle demanda à la sage-femme le sexe de son enfant et lorsque cette dernière lui répondis:

"- Une fille, madame, vous avez eu une magnifique et splendide petite fille! "

La réaction qu'elle obtint à sa déclaration émerveillé et joyeuse, ne ft qu'un chapelet de juron, si seulement à cette époque là nous pouvions dire que c'étaient des grossièretés. La sage-femme recula, jusqu'à sortir avec la fillette dans les bras, lorsque l'heureuse mère se mit à jeter à travers la pièce tous ce qui lui tombait sous la main, du cousin jusqu'au cadre représentant elle et son mari avec leur 8 autres filles. Oui oui je ne vous ment pas en disant que j'avais 8 autres sœurs. Mon père, me regarda sans me prendre dans ses bras et entra dans la chambre pour parler avec son épouse. Quand à moi je n'étais pas vraiment consciente de tous ce qui se passer. La femme me déposa dans les bras d'une des gouvernantes entra dans la chambre, non pas pour parler avec les parents, mais pour prendre ses affaires et partir loin de cette ménagerie on ne peux plus étrange. La gouvernante m'emmena dans l'une des pièces la plus éloigné de la chambre parentale et me déposa dans un petit berceau. Les jours qui suivirent et les mois et les années, ce fut elle qui prit soin de la petite fille que j'étais. Déjà, des mon jeune âge j'appris que mes parents ne m'aimais pas et que mes sœurs aînées pouvaient se permettre de tous avec moi. Ma famille était grande et riche, j'avais un oncle qui habitait l'un des château dans le Sud de la France, Mes grands-Parents paternels n'étaient plus depuis un moment déjà, mais du côté de ma mère il me rester ma grand-mère qui logé d'un une villa encore plus grande que celle de mes parents. Cette dame était tous ce qu'une personne pouvait rêver d'être, la noblesse transpercer dans le moindre de ses gestes, dans le moindre de ses paroles. Ce^pendant, elle n'état pas arrogante, non elle état tous le contraire, douce, patiente, gentille, généreuse, parfois tête en l'air, mais elle avait un humour si doux et vivifiant qu'elle balayait tout les jugements que l'on pouvait se faire d'elle. Elle était comme une mère pour moi. Mes sœurs n'étaient pas ses chouchoutes, mais j'avais ce petit quelque chose qui nous avaient rapprochées l'une de l'autre. Elle était mon rayons de soleil dans cette noirceur, elle était ma lumière dans ce vide, elle était ma grand-mère, ma mère, ma sœur, ma confidente, ma meilleure amie, presque ma moitié. Elle rendait ma vie moins mornes. Lorsque je l'ai connue j'avais à peine 4 ans et notre histoire à durée 13 ans. 13 ans de pure rigolades en sa compagnie, de pure folie. Mais c'est par une nuit sombre et froide sans aucune lune que tous est arrivée. J'étais dehors car je me rendais à cheval seule jusque chez elle. Je ne voyais pas vraiment où mon cheval, Clair de Lune, m'était ses pattes, mais je me sentais bien, un calme une sérénité que je ne connaissais qu'avec cette jument et ma grand mère. Je n'avais pas d'amis ou plutôt je n'avais plus d'amis. Le seul que j'avais eu et que je considérais comme tel à subitement était enlevé par la faucheuse. Elle était venu nous voir alors que nous jouions tous les deux près de la falaise, il c'était approché trop près, je m'étais moi aussi placé avec lui, mais encore plus près du bord, pour lui prouver que j'étais la meilleure, la plus courageuse de nous deux, il avait ri, nous nous étions regardés les yeux pétillant, lorsque son pied dérapa pousser par le vent il était tombé, son hurlement déchirant tous le reste. Le bas de la falaise n'était pas si bas, mais assez pour tuer un enfant de 9ans. Les sons de ses côtes brisaient, de sa nuque qui elle aussi par en éclat, sa colonne vertébrale qui fini en miette, la vue de son corps désarticulé, rien de tous cela n'a plus jamais quitté mon esprit et pour ne pas arranger les choses, on m'a accusé, je me suis fais sermonné pendant des jours et des jours, l'affaire c'était ensuite tassé, mais on m'évité, on me faisais des coups bas, au point que j'en suis venu à ne plus sortir ou seulement pour aller chez ma grand-mère.

Passons les années ennuyeuse de ma vie adolescente, j'ai à présent 17 ans, enfin je vais avoir cette âge dans quelques heures, je me dirige sur ma jument vers la villa de ma mère de cœur. Perdus dans mes pensées, je ne fais attention à rien. Mais, j'aurais dû, j'aurais dû me rendre compte de ses frottements incessants derrière moi. J'aurais dû m’apercevoir de ce qui allait arrivé. Quand une flèche traversa l'encolure de ma magnifique jument et que du sang commença à souiller le pelage immaculé, lorsqu'elle s'écroula, lorsque je sortie enfin ma jambe douloureuse. Quand tous cela parvins enfin à mon esprit je compris qu'il était trop tard. Une sombre silhouette m’attrapa et me billonna. Ce qui se passa cette nuit là, je le garda en tête, à tel point que cela m’empêche encore de dormir aujourd'hui. L'homme l'avait emmené dans un endroit sombre, il y avait un lit. Il l'avait jeté sans façons, j'avais grimacé de douleur, j'essayais de me relever et de partir le temps qu'il ai le dos tourné, mais il était déjà su moi, sa peau nu collé contre moi. Doucement avec beaucoup de difficulté, mais surement il me déshabilla. Me débattant comme un beau diable pour m’échapper donnant des coups dans tous les sens. La nuit fut longue et douloureuse, physiquement comme mentalement, lorsqu'il me laissa finalement seule avec mon ego détruit. Lorsque je repris mes esprits, je me releva et m'habilla avec les habits froissaient. Sans un mot, le visage fermer, je me dirigeais vers le chemin sinueux qui me mènerais vers la maison de ma grand-mère. La route serait longue, mais je ne savais plus quoi faire. Le temps passait et plus j’avançais, plus le chemin me semblais long. Les bruit d'hennissement de chevaux et les sabots claquant sur le sol, me sortirent de ma torpeur. Tombant d'épuisement et trébuchant sur un cailloux, une voix cria:

"-Elle est là, nous l'avons trouver! "

Des grandes mains forte me soulevèrent, je les regarda sans les voir, ce fut la seule fois où un sentiments pris le dessus sur le masque de neutralité.
Ma grand-mère m'accueilli les bras ouvert, elle remarqua tous de suite que ça n'allait pas très bien. Les remarque des mes parents et de mes sœurs n'arrangèrent pas les choses. Il était un peu plus de minuit quand j'avais finalement atteint la villa. On me laisse l'après midi pour me reposer et ma grand-mère me rejoignit, elle me pris dans c'est bras et ce fut comme un déferlement, les larmes coulèrent sans discontinue. Elle resta près de moi durant presque tous la nuit, me racontant des anecdotes sans réussir à tirer un sourire de ma part. Il faisait sombre, le seul brut était le hululement des chouettes.
Un cris transperça la villa, des bruits de course et ma grand-mère me fit signe de ne rien dire et de ne pas bouger, elle se leva  s'arma et sortie doucement. Puis plus rien, je comptais 10 minutes - 30 minutes, je me lèves et me dirige vers la porte pour l'ouvrir. Mais avant que je ne puisse faire quoi que se soit, la porte s'ouvre à la volé, je saute vers l'arrière et observe la jeune fille qui se tient devant moi, un jeune homme me regarde les yeux vorace, la fille sourie, un sourire pleine de ... De dents, des dents pointus. L'homme se jette sur moi, je ne peux rien dire tétanisé, il m'attrape pour pas que je me débatte, mais cela ne lui sert à rien car je ne me débat même pas, tétanisé par la peur, je n'arrive plus à faire un mouvement, le bouche sèche. Le jeune homme plante ses croc dans mon cou et j'hurle, la douleur et immense à tel point que je m'évanouis. Lorsque je m'éveille je ne suis plus dans la villa, je ne suis plus en France. Un homme grand m'observe, son air et gentil, doux, il ressemble en quelque sorte à ma grand-mère. Je n'arrive toujours pas à me lever. Il me dit:

"- Ta vie va changer Luna, tu devra faire un choix. "

Et il m'explique tous, la mort de ma famille, où on se trouve qui étaient mes agresseurs et ce que j'étais à présent.
Il pouvais le dire que ma vie changera, car elle changea du tout au tout. Aujourd'hui je suis chef d'un groupe de vampire pacifiste. Je m'occupe du mieux que je peux de cela, en 117 de vie, j'ai appris différente chose, différent métier et lu des livres, beaucoup de livre. Je travaille dans une bibliothèque, mais ce n'est qu'une couverture, la nuit je parcoure les rues pour venir en aide aux humains attaquaient en compagnie d'un groupe d'autres pacifistes, nous somme comme qui dirait une patrouille.

Voilà elle à fini vous pouvez de nouveau parler!
Mais bon faudrait que vous aussi vous racontiez votre vie et puis sa vie à elle n'est toujours pas fini, vous pouvez toujours en faire partie. Wink"
don't write


   
✵ Derrière l'écran ✵
   Et toi, qui es-tu? Comment as-tu découvert le forum, qu'en penses-tu?
Bonjour ! Je m'appelle Keliany et j'ai 17 ans. Je joue Elle Fanning parce que ... Parce que j'en ai décidé ainsi nah  tongue . Je suis plutôt calme et observatrice contrairement à la folie destructrice de miss Rosa et j'ai commencé les RPG il y a presque deux ans maintenant.

   
Fiche par Narja pour Never-Utopia et Bazzart

Luna A. Sutherland
Admin

Messages : 12
Date d'inscription : 14/02/2014
Age : 221

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum